Printemps Haussmann : une histoire d'élégance ? • Le luxe d'être soi

Printemps Haussmann : une histoire d’élégance ?


 
Vous avez peut être entendu parler il y a quelques mois de l’ouverture du nouvel espace Luxe et Accessoires du Printemps Haussmann, dont la campagne de communication s’intitulait “Une histoire d’élégance”. Le grand magasin parisien a fait peau neuve en laissant place à un nouvel écrin de 6 000 m2 répartis sur 3 étages, qui accueille la Haute Joaillerie, la Haute Horlogerie, la Maroquinerie, la Bijouterie et le Textile.
Le travail de la scénographie, de la lumière, des matériaux y est remarquable, tout comme la théâtralisation des marques de luxe qui sont mises en scène avec beaucoup de raffinement et de créativité. L’expérience polysensorielle est indéniable, le dépaysement garanti et le magasin respire le Beau.
Oui, mais après ?
 


 
Derrière toute enseigne, forte de beaux slogans publicitaires et de promesses d’expérience unique, il est toujours intéressant d’observer les personnes qui y travaillent, celles qui constituent le premier contact avec la clientèle : les équipes de vente.
Outre la panoplie de services les plus pointus proposés par le Printemps pour satisfaire une clientèle exigeante et avisée (coach accompagnateur d’achat, coiffeurs et instituts de beauté, livraison à domicile…), j’ai voulu creuser un peu plus loin pour voir jusqu’où allait cette “histoire d’élégance”.
Et c’est là que le bât blesse !
 

Une telle promesse se doit
de véhiculer une âme,
incarnée dans un accueil
et un conseil 5*

 
Le problème de la plupart des enseignes de luxe françaises, et de la plupart des enseignes tout court, c’est qu’elles ont un rapport au client souvent déshumanisé, avec une vision restreinte de la notion fondamentale de Service. On ne sert que celui qui vous ressemble. Et quand on le sert, c’est avec pas mal de snobisme.
Dans cet espace Luxe et Accessoires, rares sont les vendeurs à vous saluer, à s’enquérir de vos besoins, à devancer vos attentes, à vous faire des propositions personnalisées, à réellement vous écouter, à s’assurer de votre satisfaction.
Ne parlons pas de sourire,
et encore moins de chaleur humaine.
C’est beau, mais ça sonne creux.
 

 
Dans une société saturée par l’hyper consommation, on veut acheter avec du sens et les marques ne peuvent plus faire l’impasse sur la relation à leurs clients, qui passe d’abord par la réalité du terrain.
Encore plus dans l’univers du haut-de-gamme, où par essence le prix doit justifier une qualité 5* à tous les niveaux. Un bel écrin ne suffit plus à déclencher l’acte d’achat. La notion de plaisir est fondamentale.
 

Et par où passe le plaisir ?
Par la relation,
donc par la connection humaine

 
C’est prendre le client par la main et l’inviter à entrer dans son univers.
C’est lui apporter de la considération, du sur-mesure, du réenchantement.
C’est revenir à l’essence même de valeurs comme l’écoute, l’attention, l’empathie, le respect, l’humilité.
Le luxe passe d’abord par là. Avant de travailler la forme, travaillons le fond !
 

3 Commentaires

  • Avatar

    fanny

    En parlant de respect du client et de haut de gamme,( à moins d’acheter vraiment du très très haut de gamme), certaines marques vendent leur produit excessivement cher (pour l’effet luxe) pour une qualité médiocre…de nouvelles marques à la mode sont donc décriées par les acheteuses et acheteurs : fabrication “sentier”, finitions désastreuses, qualité du tissus plus que moyenne pour un prix exorbitant…le vrai luxe est donc un univers qui n’appartient qu’à l’excellence et qui ne peut être “plagié”, car tôt ou tard le voile sera levé sur l’imposture !

  • Avatar

    Tatiana

    Sacha Guitry a dit “Le luxe est une affaire d’argent. L’élégance est une question d’éducation”. Comme il avait raison !
    Si les cours de bonnes manières et de maintient n’ont plus cours dans les écoles, ils devraient être un passage obligé pour toute personne prétendant évoluer dans le monde du luxe, surtout dans le service. Comme il est décevant de voir, même dans les plus grands palaces, un service peu souriant, manquant de tact, dédaigneux parfois.
    Courrier International, parlant de la France comme destination touristique, a titré : “le pays où le client a toujours tort”. Comment le pays de l’élégance et du savoir-vivre a pu en arriver là !
    Heureusement, il y a des résistants comme Céline et moi qui apprenons aux gens les bases du savoir-vivre, et je dirais même plus : du savoir-vivre avec les autres.
    Petit à petit, nous réussirons peut être à rendre les français plus civilisés…
    http://www.lerevedesmuses.com

  • Avatar

    elsa

    Je trouves ton article très intéressant. C’est vrai que les vendeurs sont pas vraiment aimable surtout dans les boutiques de luxe. C’est limite s’ils te disent bonjours. Ils mettent parfois 10 minutes avant de te voir et te demande s’ils peuvent t’aider.
    C’est vrai que j’aime pas qu’on me demande à chaque fois si on peut m’aider surtout dés que tu rentres dans un magasin,il pourrait nous laisser regarder un peu avant mais bon. J’ai comme été surpris par certains vendeurs qui étaient très accueillants, patients et à l’écoutes. Il faut bien l’avouer sa se fait rare….

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.